Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 18:06

Artbooks One Piece Color walk

http://imageshack.us/a/img13/413/onepiececolorwalk01.jpg

Type : Artbook

Catégorie : Shonen

Auteur : Eiichiro Oda

Edition : 112Shueisha / 77Glénat

Prix éditeur : 22,99€ (on peut les trouver un peu moins cher en neuf, ainsi qu'en occasion bien entendu)

 

Publication : 5 de sortis au japon 112 et 4 en France 77

 

Note sur l'auteur :

http://imageshack.us/a/img222/5594/8fa0a9770a2a5034b051b9f.png

Eiichiro Oda est né le 1er janvier 1975 à Kumamoto dans la Préfecture de Kumamoto 熊本県 ( Kumamoto-ken, elle se situe au sud-ouest de l'île de Kyushu) au Japon

 

Quand il était encore au jardin d’enfant, il adorait le travail de Fujio Fujiko ( duo d’auteurs à qui l’on doit Doraemon). A cette époque pour lui dessiner était équivalent à ne rien faire du tout. Raisonnement normal pour un enfant. Depuis lors, l’envie de devenir mangaka germait en lui.

 

A partir de ses 15 ans il commença à proposer ses travaux, et en 1992 à 17 ans cela se concrétisa par un prix, le 44ème Prix Tezuka pour sa nouvelle Wanted (un western dont le héros est hanté par le fantôme d'un homme qu'il a tué). L'année suivante voit sa première publication professionnelle, Kami kara mirai no puresento (Un cadeau de dieu pour l'avenir), dans le Jump Original d'octobre 1993. La même année, il gagne le concours de talent mensuel organisé par la rédaction du Weekly Shōnen Jump, le Tenkaichi Manga Award, avec la nouvelle intitulée Ikki Yakō (Le Voyage d'une nuit pour un diable).
Pour lui, dessiner était une chose assez facile, cependant il savait très bien qu’un manga n’était pas uniquement constitué de dessins, mais aussi d’une histoire. Et de ce côté-là, c’était assez difficile pour lui. C’est pourquoi il commença à étudier sérieusement ce qu’était une histoire.

 

Après son bac, il prit la direction de l’université, à Kumamoto. Mais après une année, il commença à se dire, “c’est vraiment une perte de temps !”. Il s’est donc redirigé vers Tokyo.
Il détestait étudier. Mais au-delà de ça, faire ce bout de chemin comme étudiant lui a donné le sens du carpe diem, vu que la seule chose à laquelle pensent les étudiants, c’est à faire la fête, selon lui.

 

Après avoir abandonné l'université, il se rend à Tokyo en 1994 et devient l'assistant de trois mangaka travaillant pour le Weekly Shōnen Jump : Shinobu Kaitani (Midoriyama Police Gang), Masaya Tokuhiro (Jungle no ōja tar-chan, Mizu no tomodachi kapparman) et Nobuhiro Watsuki (Kenshin le vagabond). Il travaille alors aux côtés d'un autre assistant: Hiroyuki Takei, qui créa par la suite Shaman King.
 

Voici un extrait de l’un de ses interviews sur cette période de sa vie :

Comment s’est passée la première fois où vous avez vu un professionnel à l’œuvre ?

C’était en 1994, quand je suis devenu l’assistant de Shinobu Kaitani ( auteur de Liar Game ou Somurie), dont son Midoriyama Police Gang était en cours chez JUMP à l’époque. La chose qui m’a le plus frappé était la beauté des originaux.

Comme les pages du JUMP sont faites de papier recyclé bon marché, elles sont rugueuses et salissantes. Mais les dessins originaux sont remarquablement magnifiques. Dix fois plus que tout ce que j’avais imaginé. J’ai visité plein de lieux de travail et partout j’avais le souffle coupé par la beauté des dessins. Mon propre travail me paraissait sans valeur en comparaison.


Y a-t-il d’autres choses dans le monde professionnel qui vous ont bluffé ?

Quand la série de Shinobu Kaitani s’est achevée, je suis allé travailler pour Masaya Tokuhiro (auteur de Jungle King Taa-chan, Vampire). J’admirais la façon dont il suivait sans la moindre difficulté et à la lettre le planning qu’il s’était lui-même fixé. C’est un vrai professionnel. J’ai toujours essayé d’apprendre ça en l’observant, mais je n’ai jamais réussi à m’y faire. Je ne dois pas être ce genre de mangaka !


Quel genre de travail faisiez-vous pour Tokuhiro-sensei ?

Je faisais les décors sur Taa-chan et sur son œuvre suivante, Mizu no Tomodachi Kappaman. J’ai travaillé pour lui seulement un an et demi, mais il m’a vraiment appris un tas de choses. Comment dessiner le profil d’un personnage, des techniques pour rendre les personnages plus expressifs, etc. Après que j’ai cessé d’être son assistant, nous n’avons pas eu beaucoup de contacts, en dehors des cartes de voeux, mais sa contribution à ma vie fut énorme.


A propos de votre vie d’assistant, beaucoup de gens évoquent Nobuhiro Watsuki-sensei (auteur de Kenshin le Vagabond, Buso Renkin). Après avoir quitté Tokuhiro-sensei, avez-vous travaillé tout de suite pour Watsuki-sensei ?

Oui, à peu près. Mais en fait, je n’étais pas souvent présent. Je crois que je n’ai pas dû travailler pour lui à temps plein plus de quatre mois. Après ça, j’ai voulu me consacrer à ma propre série, ce qui me demandait du temps.


Avez-vous un souvenir spécial de votre période chez Watsuki-sensei ?

J’ai surtout eu l’occasion de me faire beaucoup de relations là-bas. Je ne sais pas trop si on peut appeler ça des auteurs amis ou rivaux, mais ce sont de vrais copains. C’était un endroit fantastique où travailler.


Pendant un moment, tous les mangaka célèbres du JUMP venaient d’ailleurs de chez Watsuki-sensei.

A cette époque, on cultivait cet esprit “devenons tous auteurs de séries !”. Je suis très heureux que ça ait fini par devenir réalité.


De tous ceux que vous considérez comme des “rivaux”, lequel vous a le plus marqué ?

Ce doit être Hiroyuki Takei (ndt : auteur de Shaman King). Il a un sens artistique fabuleux. Encore aujourd’hui, son travail me fait dire “Ouah ! C’est magnifique !”. Il fait ses dessins avec une telle facilité et une telle aisance que je n’arrête pas de me dire que je n’aurais pas pu en faire autant ! Et puis, il est capable de botter le cul à un mécha. Un gars épatant, j’vous assure !.

 

En parallèle de son travail d'assistant, Eiichirō Oda publie deux nouvelles : Monsters dans le Autumn Special de 1994 et la première des deux versions de Romance Dawn dans le Summer Special de 1996. Quelques mois plus tard, il fait enfin sa première apparition dans les pages du Weekly Shōnen Jump avec la deuxième version de Romance Dawn.
Mais Oda ne connait véritablement le succès qu'après la publication du premier chapitre de son œuvre phare, One Piece, dans le numéro 34 du Weekly Shōnen Jump de 1997. Le manga gagne alors très vite en popularité et devient une référence incontournable du genre shōnen au même titre que Dragon Ball de Akira Toriyama. Il est l'un des rares mangaka à avoir dépassé la barre des 100 millions de mangas vendus pour une œuvre au Japon et chaque nouveau tome de la série se vend à plus de trois millions d'exemplaires.

 

En 2004, il s'est marié avec Chiaki Inaba, une actrice ayant doublé Nami dans un épisode spécial du Jump Festa.

 

Le 25 décembre 2006, le Weekly Shōnen Jump publie pour célébrer le 10e anniversaire de One Piece : Cross Epoch, un cross-over réalisé par Eiichirō Oda et Akira Toriyama (son exemple parmi les mangaka).

 

En octobre 2009, le manga One Piece atteint la barre de 170 millions d'exemplaires vendus au Japon d'après Shūeisha et bat ainsi le précédent record détenu par Dragon Ball, écoulé à 150 millions d'exemplaires.

 

C'est en novembre 2010 que One Piece atteint la barre des 200 millions d'exemplaires vendus au Japon. Oda devient donc le premier mangaka à atteindre ce stade, avec seulement une seule série. Seulement un an après, en novembre 2011, c'est 250 millions d'exemplaires de One Piece qui sont vendus jusqu'à présent au Japon

 

Voici les couvertures des 5 premiers Color Walk sortis :

http://imageshack.us/a/img703/5859/opcolorwail01.png

  - One Piece color walk 1 : (104 pages)  

 One Piece, c'est bien beau. Mais en couleur c'est encore mieux. Ce nouvel ArtBook regroupe une sélection des meilleurs travaux couleurs d'Eichiirô Oda. On y trouve les planches originales telles qu'elles furent prépubliées dans le Shônen Jump, ainsi que des illustrations pleine page somptueuses et des croquis noir et blanc qui dévoilent l'envers de la création des personnages de «One Piece ». Ne manquez pas non plus le bonus de fin : une rencontre inédite entre Oda et Toriyama (l'auteur de Dragon Ball) !

 

- One Piece color walk 2 : (106 pages)

Après un premier tome remarqué, les fans de One Piece vont pouvoir découvrir le deuxième volume de la collection des « color walk », ces art book regroupant un florilège d’illustrations couleurs réalisées par Eiichirô Oda lui-même. Ce tome 2 présente des personnages issus des arcs plus récents (logique) et se partage entre inédits et grands classiques. Un véritable régal pour les yeux. Avec à la fin une interview entre Oda et Fujiko Fujio (auteur de Doraemon)

 

- One Piece color walk 3 Lion : (108 pages)

Dans la même lignée que les précédents volumes, Eiichiro Oda nous invite à plonger dans des illustrations couleurs grand format de toute beauté, chacune ayant accompagné, d’une manière ou d’une autre, la publication de One Piece. Lion relate ainsi l’arc de Skypiea et s’achève sur une mémorable interview entre l’auteur et Yoshitaka Amano, peintre et character design (entre autres) de Final Fantasy !

 

- One Piece color walk 4 Eagle : (106 pages)

Poursuivons la découverte du travail d’illustration de Eiichiro Oda, le créateur de la série la plus phénoménale de l’Histoire : One Piece.
Au-delà d’avoir créé une histoire fabuleuse, des personnages charismatiques et un monde foisonnant qui se sont arrachés à déjà 250 000 000 exemplaires sur le seul territoire japonais, Oda est également très apprécié pour une autre facette de son talent : son art de l’illustration.
À chaque nouvelle couverture, on s’extasie sur la composition et les poses qu’il fait prendre à ses héros ; avec ces art books, on mesure encore plus la richesse de son univers et l’inépuisable capacité de cet auteur à évoquer une séquence à partir d’une seule image. Chaque illustration laisse ainsi à l’esprit du lecteur le soin d’imaginer une scène entière, ce qui s’est passé avant, ce qui se passera après.
Mais également, et à l’instar de son maître ès manga, Akira Toriyama, Oda excelle dans l’art de créer des illustrations « décalées » où l’auteur sort de son univers pour placer ses personnages en situations originales et inédites. Cela donne lieu à de savoureux contre- emplois où l’auteur jouit pleinement de la liberté qu’il s’est ainsi accordée.
Pour cet artbook, toujours une interview croisée. Cette fois-ci, c'est au tour de Takashi Yanase (Anpanman), un autre monstre sacré de l’histoire du manga, d'échanger quelques mots avec Oda.

 

- One Piece color walk 5 Shark : (105 pages)

Interview croisée entre Oda et Taiyo Matsumoto (Tekkonkinkurito, Number five,Takemitsu Zamurai )

 

Sources : Wikipédia, Glénat, www.manga-news.com

 

Même si on peut trouver assez facilement sur Internet les illustrations issues des différents artbooks, d'un point de vue personnel, je préfère avoir entre les mains les ouvrages, et le fait de les acheter est une sorte de marque de reconnaissance pour le travail d'Oda.

De plus au dos de certaines illustrations, on a un bref commentaire de l'auteur expliquant le pourquoi de ces dessins.

Les artbooksse présentent de la même manière, on a une série d'illustrations dans un autre chronologique, entrecoupée au milieu par une double page de croquis. En fin d'ouvrage on a quelques dessins qui ont servis de prémices ou non à One Piece, ainsi que l'interview croisée.

D'ailleurs ces interviews sont de bons moyens pour en apprendre plus sur Oda, ainsi que sur le mangaka avec qui il s'entretient.Je trouve ça très intéressant de voir ce que pense un mangaka du travail d'un de ses confrères.

 

Je vous mets une série d'illustrations que l'on peut retrouver dans les divers artbooks :

http://imageshack.us/a/img844/7043/op01.png

http://imageshack.us/a/img39/5506/op02.png

http://imageshack.us/a/img502/7488/op03.png

http://imageshack.us/a/img694/8830/op04.png

http://imageshack.us/a/img4/3571/op05.png

http://imageshack.us/a/img706/7348/op06.pnghttp://imageshack.us/a/img208/6228/op07.png

En conclusion : ces artbooks sont surtout destinés au fans de One Piece, et en faisant partie de ceux-ci, je dois dire que je suis ravi de pouvoir avoir entre les mains ces magnifiques illustrations montrant chronologiquement le travail d’Oda sur One Piece. Pour les autres, c’est un bon recueil d’illustrations qui permet de vous plonger dans l’univers graphique de One Piece. Après, certains aiment ou n’aiment pas le style d’oda.

Partager cet article

Repost 0
Published by Spike - dans Manga
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Yupki-Tokki
  • Yupki-Tokki
  • : Le monde asiatique vu par Chosta et Spike. Mangas, Gadgets, Styles de vie... Et plein d'autres choses !
  • Contact

Suivez nous !

Bouton Twitter

http://imageshack.us/a/img109/6956/76588481.png

 

 

Recherche

RSS

RSSFlux RSS des articles: 

http://yupki-tokki.over-blog.com/rss-articles.xml

 

RSSFlux RSS des commentaires: 

http://yupki-tokki.over-blog.com/rss-comments.xml

 


Archives